DĂ©coration
Ombrage En-TĂŞte
Masquer l'Activité
Discussions
Actualitès
Articles
Dernières Discussions
Dernières Réponses
Dernières Actualitès
Dernières Mises à Jour
Dernières Réponses
Derniers Articles
Dernières Mises à Jour
Dernières Réponses
Pub Almuric

Article

RĂ©pondre

Lettre d'un Etudiant Chinois / 2 - Nouvel inédit de REH!

Article de Patrice Louinet
Posté le lun. 27 oct. 2014 à 17H59 (Edité par Patrice Louinet le lun. 27 oct. 2014 à 20H02)

Comme promis, mais avec un peu de retard, voici donc la suite(?) et la fin de la correspondance de notre étudiant chinois... Ce texte parut dans le numéro du 2 mai 1924 de The Yellow Jacket. Encore une fois, ce n'est évidemment pas politiquement correct.. Enjoy! (et n'hésitez pas à laisser vos remarques!)

- - - - - - - - - - - -
Lettre d'un Etudiant Chinois (2)

San Francisco, Californie.
Dans le présent.

M. Chong Fu Sin.
Hong Kong, Chine.

Ami Chong: J’ai vu Fong Li et je lui ai demandé pourquoi il s’était enfuité du lieu de l’affrontation des deux tongs avec tant de hâte et de vélocité.
Ce à quoi il se contenta de me toiser d’un regard méprisateur avant de me répondre tout enduit de dignité qu’il venait de se rappeler qu’il avait rendez-vous avec une fille.
Je ris comme une hyène et pris congé.
En cours, nous avons eu une discussion au sujet des mots, et mon très honorable professeur dit à un moment:
– “M. Ah Su, ayez l’obligeance de nous donner définition du mot “vélocité”.
– “Vélocité”, répondit Ah Su (un Chinois du Siangtan qui se trouve très intelligent) répondut: “est un véhicule utilisé par les petits enfants, avec trois roues.”
– Non, non! gesticule le professeur, tu as confondé avec “vélocipède”. M. Ling Fu va définir “vélocité”.
– Supposons que gentleman saisisse un frelon, suggéra-je.
– Oui? remarqua le professeur, frémissant.
– La vélocité, c’est ce avec quoi le gentlemen se débarrasse du frelon, dis-je triomphantement.
La discussion se porta ensuite sur l’Asie.
– Ici aujourd’hui tous les peuples de l’Asie sont réunis dans la classe, aux pieds du savoir et unis dans une considération fraternelle, commence le noble professeur, d’un ton grandiloquace.
– L’Asie est un grand pays, confirme Ah Su.
– Très grand, acquiesce Abdul Hamid.
– Mais on pourrait améliorer l’Asie, fit remarque Gungra Lal.
– Comment cela par l’exemple? interroge Abdul Hamid.
– En chassant les musulmans d’Asie, dit Gungra Lal.
– Tu veux dire les Rajputs, déclare Abdul Hamid.
Ils se dévisagèrent comme deux frères tigres prêts à se bondir dessus.
– Allons, allons, intevena le professeur. Pas de telles disputations!
– Non, remarque Kato Kimura. Les Rajputs sont bien et les musulmans pas si mauvais. Ce sont les Tartares qui sont la honte de l’Asie.
– Par Erlik! dit Galuk Noyon, les Tartares étaient déjà rois quand les Japonais étaient encore des singes.
– Allons! recoupa le professor, pas de disputations!
Ah Su, Chandu Mukerji, Togo Simuru, Mustapha Bey et Ali Massar se lancèrent alors dans discussion animée pour savoir laquelle de Stungtan, de Stamboul ou de Bénarès était la ville plus ancienne.
– Bah, remarque Abdullah Khan, nous Afghans sont les seuls vrais hommes de toute l’Asie.
– Vraiment? interrogea Rinjii Singh.
– Oui, dit Abdullah Khan d’un air mauvais. Nous avons envoyé une armée en Inde depuis l’Afghanistan.
– Ha, ha! ria Rinjii Sigh, et les Sikhs les ont repoussés jusqu’à quelle distance, déjà?
Abdullah Khan bondissa, son visage rougi partout là où il n’avait pas d’épaisses moustaches.
Tout le monde dans la classe bondissa aussi.
– Banzai! s’écria Kato Kimura.
– Genghis Khan! beugle Galuk Noyon.
– Allaho Akbar! hurla Abdullah Khan.
– Rung Ho! cria Rinjii Singh.
Je sortis de la salle de classe en même temps que Ah Su, Mustapha Bey, Chundu Mukerji, Fong Li et les autres. Jetant un coup d’œil par-dessus mon épaule alors que j’escaladai la fenêtre hâtivement mais adroitement, je découvris un spectacle bien peu paisible.
Kato Kimura faisait tourner Galuk Noyon dans la pièce, tenant celui-ci dans une prise de jiu-jitsu. Pendant ce temps, ce dernier lui assénait des coups répétés avec ses deux poings. Abdul Hamid et Gungra Lal étaient enlacés étroitement et se faisaient valser d’un bout à l’autre de la pièce.
Le mandarin Ching Fong et Togo Simuru écrasaient leurs poings respectifs dans leurs figures respectives, engagés dans une discussion très vociférante.
Abdullah Khan essayait de dégainer sa lame khaïbar et de s’en servir sur Rinjii Singh, mais Rinjii Singh s’efforçait d’abattre une petite table sur la tête d’Abdullah Khan.
Ali Massar dansait dans la pièce, faisant osciller un kriss malais et visant les combattants sans distinction aucune, ce qui entraîna force protestements.
Le noble professeur jurait à s’en faire dresser les cheveux sur la tête.
– Si tels sont des liens fraternels, opiniona Fong Li, montre-donc moi des ennemis.
Cependant, tous les membres de la classe étaient présents au cours suivant du professeur, qui ne parla plus de fraternité, mais lâcha une remarque acerbe signifiant qu’un païen restait toujours un païen. Il ajouta qu’il connaissait personnellement quelques païens qui feraient bien de retourner en Asie.


 
Réponse postée le lun. 27 oct. 2014 à 19H46 (Editée par Hyarion le lun. 27 oct. 2014 à HH49) #2277
Hyarion Membre Avatar Hyarion

Merci pour ce nouveau partage, Patrice.

Au vu d'un certain nombre de formulations pour le moins approximatives en français, on imagine le caractère fantaisiste d'un certain nombre de mots dans le texte original anglais, pour donner une idée de la maîtrise de la langue d'Edgar Poe par l'auteur de la lettre... ;-)

Amicalement,

Hyarion.

“Civilized men are more discourteous than savages because they know they can be impolite without having their skulls split, as a general thing.”

— The Tower of the Elephant, 1933

Réponse postée le lun. 27 oct. 2014 à 19H58 #2278
Patrice Louinet Administrateur Avatar Patrice Louinet

Non, non, cela est le traducteur qui n'atteindait pas le niveau!

Réponse postée le mar. 28 oct. 2014 à 01H43 #2279
Hyarion Membre Avatar Hyarion

Haha, on peut sans doute aussi voir les choses comme ça... ;-D

Amicalement,

Hyarion.

“Civilized men are more discourteous than savages because they know they can be impolite without having their skulls split, as a general thing.”

— The Tower of the Elephant, 1933

Réponse postée le mar. 28 oct. 2014 à 08H01 #2280
Argentium Thri'ile Webmaster Avatar Argentium Thri'ile

J'ai failli la faire celle du traducteur qui faisait n'importe quoi... :-)

RĂ©pondre

Statistiques

A l'heure actuelle, le site existe depuis 05 annees, 2 mois, 14 jours, 18 heures, 36 minutes, 59 secondes

Le site compte actuellement 222 membres (171 inscrits et 51 en attente de validation).

Le dernier membre est ItaĂŻ qui s'est inscrit le ven. 06 avril 2018 Ă  10H19.

Il y a actuellement 4853 messages postés en forums.

Le site propose actuellement un total de 260 Discussions, 244 Actualitès et 32 Articles.

Ombrage Pied de Page
Conditions d'utilisation du site : Copyright ©2013 RobertEHoward.fr - Tous droits rĂ©servĂ©s - Conception Internet : The Two-Gun Art