DĂ©coration
Ombrage En-TĂŞte
Masquer l'Activité
Discussions
Actualitès
Articles
Dernières Discussions
Dernières Réponses
Dernières Actualitès
Dernières Mises à Jour
Dernières Réponses
Derniers Articles
Dernières Mises à Jour
Dernières Réponses
Pub Almuric

Article

RĂ©pondre

Conan et Solomon m'ont tuer

Article de Argentium Thri'ile
Posté le ven. 18 oct. 2013 à 12H12 (Edité par Patrice Louinet le lun. 09 déc. 2013 à 23H40)
Conan the BarbarianNous avons récemment discuté de l’adaptation de Red Sonja et de Dark Agnès, qui auraient dû se faire depuis un moment et qui tardent à voir le jour. Mais, au-delà de ces deux projets, il faut savoir qu’en 2009, le nombre de projets d’adaptation cinématographiques howardiens était pléthore.
Sans doute boosté par les sorties prochaines, coup sur coup, d’un nouveau Conan de Niespel et du Solomon Kane de Bassett, Hollywood a envisagé sous un jour nouveau le catalogue de cet auteur texan qui n’était jusque là connu pratiquement que pour son personnage de barbare cimmérien.

Nous avons tout d’abord Bran Mak Morn, qui devait être produit par Working Title et Wandering Star et distribué par rien de moins que Universal Picture.
On n’en sait que très peu sur le projet. Le scénario aurait été écrit, et faisait du héros non plus un pur Picte mais un métis romain. Peter Berg aurait été approché pour réaliser le film.

Conan the DestroyerNous passons ensuite à l’adaptation de Kull, qui serait venu tenter d’effacer le triste souvenir de l’adaptation de Nicolella avec Kevin Sorbo dans le rôle titre.
Là encore, peu d’informations. Le scénario, un temps confié à Matthew Sand semble avoir finalement été écrit par Sean Hood (qui fut le dernier à intervenir sur celui du Conan de Niespel), tandis que Denise Di Novi et Fredrik Malmberg (pour rappel, le boss de Paradox, société détentrice des droits sur Howard) étaient en charge de la production.

Le projet qui avait le plus de chances d’être une réussite, en terme de fidélité à l’œuvre howardienne était sans conteste Vultures of Wahpeton, probablement la nouvelle howardienne de Western.
Encore une fois, un projet porté par Fredrik Malmberg, avec Michael Tabb au scénario.

Nous l’avons évoqué, l’adaptation d’Agnès de Chastillon, porté par Denise Di Novi et dont la réalisation a été confiée à Christophe Gans.

Red Sonja 1985Si nous avons aussi évoqué l’adaptation de Red Sonja, celle-ci devait être accompagnée de celle de Thulsa Doom, auquel Dynamite Entertainment avait consacré une mini série de comics.
Les droits ont été achetés par l’acteur Djimoun Hounsou qui avait prévu de produire le film et de jouer le rôle titre. Scénario et script ont été achevés et le film devait remonter aux origines du personnage pour montrer comment il a basculé et est devenu un mage maléfique.

Après coup, le même Sean Hood qui a travaillé sur Conan et Kull a révélé qu’il avait travaillé sur un scénario adaptant La Reine de la Côte Noire, avec en prologue l’adaptation de La Fille du Géant du Gel, deux remarquables aventures de Conan.
Il comptait profiter du succès du film de Niespel pour les proposer à différents producteurs.

KullEnfin, les adaptations de Pigeons from Hell, l’un des plus savoureux récits d’horreur écrits par Howard, et – plus surprenant encore – des aventures de Sailor Steve Costigan, une série de boxe humoristique qui constitue l’une des plus importante et durable réussite commercial de Howard de son vivant.
Deux projets que nous devons à nouveau au très prolifique Fredrik Malmberg et sur lesquels rien de concret n’a filtré…

Tous ces projets avancent à leur rythme et l’enthousiasme est de rigueur. Pourquoi pas, d’ailleurs ? Deux films howardiens à quelques mois d’intervalle, annoncés comme des blockbusters potentiels, chacun étant annoncés comme le démarrage d’une trilogie.
Seulement voilà, à la sortie de l’un et de l’autre les entrées en salle, sans être catastrophiques, ne sont pas glorieuses. La critique, elle, n’est pas vraiment tendre. Les fans – on pouvait s’y attendre – boudent ces adaptations et continuent de garder comme référence le Conan de John Milius bien que la plupart reconnaissent que celui-ci n’est pas du tout fidèle aux écrits howardiens.
On tente de se rassurer et on guette les sorties en DVD et Blu-Ray en espérant le miracle qui sauvera du naufrage. Après tout, quelques films sont devenus cultes après leur sortie en DVD alors que les entrées en salle étaient mauvaises. Mais, ce miracle, on l’attend encore…
Du coup, c’est la débandade et les projets sont freinés aussi sec.

Solomon KaneBien entendu, il n’est plus question, ni pour Conan, ni pour Solomon Kane, de trilogies.
Bran Mak Morn et Kull sont officiellement rangés au placard. Sean Hood range dans ses tiroirs le scénario de son adaptation de La Reine de la Côte Noire.
Comme on l’a vu, le projet Red Sonja connaît des déboires mais continue son chemin. Malheureusement, nous n’en avons depuis 2011 plus de nouvelle. Même silence radio concernant Thulsa Doom…
Dans cette tourmente d’annulation, seul Fredrik Malmberg reste optimiste et déclare que les adaptations dont il s’occupe, Vultures of Wahpeton, Pigeons from Hell et Steve Costigan sont toujours d’actualité. Malheureusement, là encore, si les nouvelles étaient déjà plutôt rares, elles sont désormais inexistantes depuis un moment.
A ce jour, le seul projet qui pourrait peut-être voir le jour pourrait être le Dark Agnès de Christophe Gans, mais l’espoir s’amenuise de jour en jour. D’un autre côté, un Kill Bill moyenâgeux fait un peu frémir quand même.

S’il est encore possible d’espérer, il semble néanmoins plus probable qu’il faudra attendre que l’ombre des deux ratages que sont Conan et Solomon Kane s’estompe avant que soit de nouveau évoquée de façon concrète l’adaptation cinématographique de l’œuvre de Two-Gun Bob.
Mais surtout – on peut rêver – il faudra qu’Hollywood tire les leçons des erreurs du passé et comprenne qu’il est inutile de se payer une licence littéraire qui entravera scénaristes et réalisateurs si c’est pour ensuite en faire un peu n’importe quoi au nom de la liberté créatrice ; comprenne que l’applications de recettes éculées (comme le principe de l’origin story qui a autant entaché le film de Niespel que celui de Bassett) qui n’apportent rien et ont pour but unique de rassurer les financiers qui décident de produire des films.

Conan 2009Car, et c’est ça qui est le plus hallucinant, si les scénarios des deux films n’avaient pas affiché de licence, avaient parlé des aventures de Hrothgar le Thansalien et de Abel Davidson le puritain élisabéthain, ils n’auraient pas été aussi mal perçu et il est même possible qu’au moins l’une des deux trilogies aurait avancé jusqu’à un deuxième volet, voire jusqu’au bout. Tout au plus, certains auraient pu souligner de façon plus ou moins amusée les similitudes avec les écrits howardiens, mais en seraient resté là.
Seulement voilà, estampiller son film sous le cachet d’un auteur littéraire, quel qu’il soit, prête le flanc : les critiques de cinéma vont forcément faire la comparaison entre le résultat filmique et l’œuvre initiatrice de la licence. Il est forcé que les fans vont réagir à l’adaptation et faire savoir autours d’eux ce qu’ils pensent de l’adaptation. De nos jours où l’information circule très vite, très bien et très loin, c’est un risque qu’il est vraiment dangereux de prendre à la légère.

Pour mémoire, le premier épisode de l’adaptation cinématographique de la série des vampires d’Anne Rice, Entretien avec un Vampire a été des plus fidèles au roman, a bénéficié du plein appui de la célèbre romancière ainsi que de la plupart de ses fans et a conséquemment plutôt bien marché. Le deuxième volet, La Reine des Damnés, construit n’importe comment, délibérément ciblé pour adolescents à tendance gothique, utilisant mille et une recettes hollywoodiennes a été catastrophique, autant en terme de qualité que de succès commercial.
Pareillement, si l’on peut exprimer quelques réserves quant à l’adaptation du Seigneur des Anneaux, il faudrait être de très mauvais foi pour accuser Peter Jackson de laxisme quand à son travail. Du coup, non seulement il parvient à aller jusqu’au bout de sa trilogie, mais en lance rapidement une deuxième : Bilbo le Hobbit. Sans parler de l’adaptation de Harry Potter.

De façon étonnante, l’exemple à contrario serait celui des Sherlock Holmes avec Robert Downey Jr. dans le rôle titre…

Red Sonja 2009Quoi qu’il en soit, force est d’admettre que les licences Tolkien, J. K. Rowlings ou encore Anne Rice sont plus vendeuses que Robert E. Howard (encore que pour Anne Rice, ce ne soit pas si évident), mais pour revenir sur ce dernier, on peut tout de même se souvenir du Conan de Milius. Certes, comme ça a été dit plus haut, l’adaptation est tout sauf fidèle, mais le film avait tout de même bénéficié de toutes les attentions pour en faire un produit de qualité et au final les fans, tout autant que la critique, ont soutenu le film et continuent de le faire encore aujourd’hui.
Et le résultat est qu’un deuxième volet, Conan le Destructeur fut bien vite mis en chantier. Le travail de Fleischer ayant été bien moins bon que celui de son prédécesseur, les aventures du cimmérien sur pellicule furent aussitôt freinées. Sans compter Red Sonja/Kalidor qui termina le travail de sape et creusa un gouffre d’un peu plus d’une vingtaine d’années avant qu’on puisse de nouveau parler de Howard au cinéma.

Espérons que nous n’aurons pas à attendre 2030 pour réentendre parler de Howard au cinéma…


 
Réponse postée le sam. 19 oct. 2013 à 13H34 #290
Arioch Membre Avatar Arioch

Pour moi, c'est pas Conan ou Solomon Kane, mais plutĂ´t Hollywood qui nous a tuER ;)

Je ne dois pas être bien loin de la vérité en imaginant qu'à la base, les scripts conçus pour adapter ces deux monstres howardiens au grand écran devaient être plus proches de l'esprit de l'écrivain que ce que nous avons eu sous les yeux à la fin.

J'imagine aussi toute une bande de cloportes se radiner pour demander à ré-orienter ci, enlever ça, rajouter ça. Personnellement, j'aimerais bien savoir qui est le claque-mouches sur pattes qui a introduit le personnage de la fille du méchant sorcier dans Conan. Elle, et ses shoes du Cosmos à semelles hautement compensées.

Tant que Hollywood persistera dans ses reboots de franchises (la pire : Spiderman, sans déconner !), sa visée ultime du film tout public et son intention totalement débile de vouloir à tout prix des comédiens et comédiennes banquables... En gros, tant que Hollywood continuera à vouloir s'approprier les films grandioses auxquels on rêve tous, ce sera la Mouise totale avec un grand M.

En sortant rapidement de la Fantasy, je prends World War Z comme exemple. Pas un si mauvais film, mais pourtant à des années lumières de ce que le fils de Mel Brooks a écrit en roman ! J'aurais adoré une adaptation en tant que reportage, caméra à l'épaule, avec le type de l'ONU qui passe en revue chaque pays du monde pour voir comment il a su s'organiser face à l'invasion zombiesque. Je l'ai rêvé, Hollywood ne l'a pas fait. Bien.

A quand un successeur de Hollywood ?

Parce que si on attend après lui pour qu'il retienne les erreurs du passé, ose prendre des risques et nous propose aussi du rêve, on est mal barré !

Réponse postée le dim. 20 oct. 2013 à 00H18 #296
Argentium Thri'ile Webmaster Avatar Argentium Thri'ile

Pour répondre conjointement à ton commentaire et à ce qui s'est dit en commentaire de l'Actu' sur cet article, le vrai problème c'est qu'il faudrait un film, une seule bonne adaptation howardienne, qui crée un précédent de qualité à même d'entraîner à la fois l'enthousiasme des fans et un succès commercial suffisant pour que Howard soit peut-être enfin traité à la hauteur de ce qu'il devrait l'être.

Après le premier Harry Poter, personne ne se serait risqué à sortir un film de qualité moindre. De même, une adaptation de Tolien qui ne serait pas signée Peter Jackson (imaginons Tom Bombadil, par exemple) serait très mal perçu dans une qualité de production moindre que celle qui a entouré la trilogie du Seigneur des Anneaux.
C'est un peu ce qui s'est passé avec le premier volet de Spider-Man pour l'écurie Marvel ou encore les errances premières des adaptations de Batman avant que le phénomène ne décolle vraiment avec des films plus matures et plus profonds.

On peut toujours rĂŞver... :-)

RĂ©pondre

Statistiques

A l'heure actuelle, le site existe depuis 05 annees, 2 mois, 14 jours, 18 heures, 35 minutes, 38 secondes

Le site compte actuellement 222 membres (171 inscrits et 51 en attente de validation).

Le dernier membre est ItaĂŻ qui s'est inscrit le ven. 06 avril 2018 Ă  10H19.

Il y a actuellement 4853 messages postés en forums.

Le site propose actuellement un total de 260 Discussions, 244 Actualitès et 32 Articles.

Ombrage Pied de Page
Conditions d'utilisation du site : Copyright ©2013 RobertEHoward.fr - Tous droits rĂ©servĂ©s - Conception Internet : The Two-Gun Art